Annoncer un appel à contribution / communication

Merci d'utiliser notre formulaire de contact dédié pour nous faire part

d'un appel à contribution ou à communication.

Appel : « Le ‘portefeuille’ sous toutes ses coutures. Archiver et conserver ses documents de travail (années 1680-années 1820) »

Appel à communication pour le colloque international organisé à l’Université Côte d’Azur, CMMC-MSH Sud-Est, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France - les 21-22 mars 2024 - par Simon Dolet

 

Télécharger l'appel en pdf ci-dessous.

Télécharger
Dolet, Le ?portefeuille? s ous toutes se
Document Adobe Acrobat 110.6 KB

Appel à communications : "L'édition numérique de la correspondance de Mme Du Deffand. Pour une lecture interdisciplinaire"

Journée d'étude organisée par l'équipe e.DuDeffand (Marianne Charrier-Vozel, Melinda Caron, Bénédicte Peralez Peslier, Marine Parra, Gwenaëlle Patat et Geoffrey Williams).

Lieu : Maison des Sciences de l'Homme de Bretagne, Rennes.

Vendredi 6 octobre 2023

Date limite d'envoi des propositions : 1er février 2023

Télécharger
Appel JDE du Deffand14 DEC 22.pdf
Document Adobe Acrobat 115.6 KB

Appel à communications : Louise d'Epinay, femme de "lettres". Epistolarité, récit et roman

Colloque international

université Paris-Nanterre et Musée Montmorency

Mercredi 8 et jeudi 9 novembre 2023

Date limite d'envoi des propositions : 15 décembre 2022

Télécharger
Appel à communications_colloque EPINAY_
Document Adobe Acrobat 63.1 KB

Appel à communications - Colloque Amitiés épistolaires entre littérature et politique

Colloque international et pluridisciplinaire organisé par Régine Battiston, Nikol Dziub et Augustin Voegele, Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes (ILLE), Université de Haute-Alsace, Mulhouse.

Dates : 8-9 juin 2023.

Télécharger
Appel Colloque Amitiés épistolaires.pdf
Document Adobe Acrobat 203.2 KB

Appel à communications - JE "Revendications des gens de théâtre" / 22 octobre 2022

Télécharger
THEPARIS Appel à communication Revendic
Document Adobe Acrobat 904.4 KB

Appel à communication : Regards sur le vieillissement féminin de l’âge classique au romantisme : expériences intimes, représentations, autoreprésentations. Colloque international et interdisciplinaire, Université Rennes 2, 23-24 mars 2023

Télécharger
Appel à communication Vieillesse
AAC Vieillesse des femmes 20 juin 22.pdf
Document Adobe Acrobat 138.0 KB

Appel à communication : Colloque international "L'humour dans la littérature ou la littérature humoristique" - Casablanca - 18-19 mai 2023.

 

L’histoire de l’humour n’est pas datée, car l’humour n’est pas une catégorie historique. Dans L’art d’aimer, Ovide donne le ton, un style en décalage comique entre le thème abordé, celui de la séduction entre hommes et femmes, et le propos lui-même qui tend vers une légèreté avant-gardiste par rapport à l’époque. L’humour dans l’antiquité ouvre la voie à de multiples représentations de cette notion autant dans les discours que dans les métadiscours.

Aux 17e et 18e siècles, la notion était plus associée à celle d’humeur. Rabelais, La Fontaine, Montaigne pratiquaient l’humour sans lui donner une définition. Il faut rappeler aussi l’influence tangible de l’humour anglais sur l’esprit et la littérature en France. L’introduction de ce « phénomène » sera plus tard inscrite dans un cadre conceptuel et un sera un indicateur de l’évolution sociale et politique.

Du point de vue formel, la notion d’humour, dans le champ général d’une esthétique, présente des aspects clairement définis. Selon certains présupposés, les auteurs s’attachent au rapprochement de l’humour au comique dans son aspect textuel, floraison des figures de style, telle l’ironie par exemple.

Comme forme d’esprit et d’expression, l’humour ne fut jamais l’apanage d’un domaine en particulier, à l’exclusion des autres. Transversal et universel, il présente la réalité de manière allégorique et ironique afin de la transfigurer en relevant ses particularités plaisantes et insolites. Si les définitions de l’humour n’ont jamais cessé d’évoluer, sa caractéristique première n’en demeure pas moins liée au sérieux puisque l’humour ne rit pas forcément. En d’autres termes, l’humour ressemble à une lueur généreuse qui émane de l’expression et qui émeut et divertit sans blesser ni indigner.

Comme plusieurs domaines, la littérature s’est appropriée l’humour pour le déployer dans les multiples genres ; il est devenu un outil d’expression, une forme qui nourrit le texte littéraire et lui confère une dimension esthético-culturelle qui distingue les auteurs. L’humour s’étend à différents types de textes : narratif, descriptif, argumentatif, poétique et dramatique ; il « agence des alliances hétérodoxes pouvant opérer à tous les niveaux d’un texte et dans toutes les relations entre les réseaux de signification d’une œuvre » (J-M. Moura, 2010 : 243). Cette combinaison entre littérature et humour promeut des possibilités expressives et créatives illimitées qui usent des différents procédés ou des tons humoristiques, ironiques et sarcastiques à travers les jeux de mots, les calembours, les contrepèteries, etc. Même truffé d’humour, un texte littéraire n’a pas forcément pour vocation de faire rire, mais peut s’astreindre à son effet majeur qui est le sourire (J-M. Moura, Ibid : 271). De là, l’humour ne vise pas à se définir à travers cette relation avec la littérature et ne peut prétendre être une caractéristique ou une constante inhérente au texte littéraire.

Voici quelques questions d’ouverture que nous proposons aux chercheurs :

L’histoire de la critique et la théorie de l’humour.

L’ironie en littérature : une esthétique de la subversion.

L’humour au féminin : un questionnement relatif au genre.

Quelles sont les significations esthétiques et culturelles de l’humour littéraire ?

Comment se définit et s’inscrit l’auteur humoriste dans ses œuvres et à travers l’humour ?

Comment se construit l’humour dans le texte littéraire ?

Quelle est la pertinence et la justesse de l’humour dans le texte littéraire ?

Quelles sont les thématiques qui constituent l’apanage de l’humour ?

Quelle est la nature des procédés de l’humour littéraire ?

Peut-on parler d’une littérature humoristique ou d’un auteur humoriste ?

Ces questions, ainsi que d’autres, animeront les échanges et les débats lors de cette rencontre. Elles constituent un prolongement ou une suite du colloque organisé en 2015 à la FLSH Ben M’sik autour du thème « Humour, (dé)former le sens ? ». Les organisateurs recommandent aux chercheurs de s’intéresser aux nouveaux talents de la littérature et de privilégier de travailler sur des textes nouvellement publiés.

Pour cela, le comité d’organisation invite les chercheurs intéressés par la thématique à envoyer leurs propositions de participation, sous forme d’un résumé de 200 mots au format Word, à l’adresse suivante : colloque.humour23@gmail.com avant le 30 novembre 2022.

Le résumé devra contenir le titre de la communication, le nom et le prénom du chercheur, l’organisme de rattachement et les mots-clés.

Les frais de participation s’élèvent à 800 dh (80 €) pour les enseignants chercheurs et 500 dh (50 €) pour les doctorants et couvrent les déjeuners, les pauses-café, les déplacements sur place, la logistique et les documents fournis.

La publication de l’ouvrage est prévue pour 2024 (aux éditions L’Harmattan).

Calendrier

14 juin 2022 : Lancement de l’appel à communications.

30 novembre 2022 : Date limite d’envoi des propositions de communication.

10 décembre 2022 : Notification des chercheurs.

30 avril 2023 : Envoi du texte de la communication pour la publication.

18 et 19 mai 2023 : Tenue du colloque à Casablanca.

Langue du colloque : le français.

Comité scientifique

Mokhtar CHAOUI (Université Abdelmalek Essaâdi) – Ahmed ZEHAF (Université Hassan I Settat) – Fatiha BENNANI (Université Hassan II de Casablanca) – Abdelmajid MEKAYSSI (Université Mohammed V Rabat) – Ilyas ZELLOU (FLSH Mohammedia, Université Hassan II de Casablanca) – Houda CHRAIBI (Université Hassan II de Casablanca) – Khalid RIZK (Université Ibn Tofail) – Khadija MOUZON (Université Hassan II de Casablanca) – Nadia BIROUK (Université Ibn Zohr) – Latifa IDRISSI (Université Hassan II de Casablanca) – Az-eddine NOZHI (Université Sultan Moulay Slimane) – Nadia OUACHENE (Université Hassan II de Casablanca) – Khalil MGHARFAOUI (Institut Supérieur de l’Information et de la Communication Rabat) – Lahcen OUASMI (Université Hassan II de Casablanca).

Comité d’organisation : Lahcen OUASMI – Khadija MOUZON – Houda CHRAIBI – Meriem HACHIMI – Brahim EL HARFI – Omar ELBALAOUI.

 

Contacts: l.ouasmi@flbenmsik.ma

 

Appel à communication : « Croisements, métissages, trajectoires : vivre la Révolution des colonies, 1774-1804 » - Colloque international au Musée de la Révolution française à Vizille 27 – 29 septembre 2023.

Propositions à rendre pour le 30 septembre 2022.

Contacts : helene.puig@isere.frPierreserna@wanadoo.frFrederic.Regent@univ-paris1.fr

 

Appel à télécharger ci-dessous.

 

Télécharger
230927-croisements-metissages-trajectoir
Document Adobe Acrobat 158.7 KB

CFP : Conviviality and Sociability in the Long Eighteenth Century: Restoration to Romanticism

Chères et chers collègues,

 Vous trouverez ci-dessous l’appel à communication du colloque LAPASEC 2023. Christoph Heyl (Université de Duisburg-Essen) et Rémy Duthille (Université Bordeaux Montaigne) poursuivent la longue tradition du Landau-Paris Symposium on the Eighteenth Century, qui accueille jeunes chercheurs et chercheurs confirmés. Le colloque porte sur la littérature et la culture des îles britanniques, mais est également ouvert aux communications sur les colonies britanniques, la France, l’Allemagne et d’autres aires géographiques. Le colloque comportera un panel de chercheurs en cours de thèse ou qui ont l’intention de commencer une thèse dans un avenir proche. Pour celles et ceux qui sont arrivés aux premiers stades de leur parcours de recherche, une demande de soutien financier pour la prise en charge des frais de voyage, d’hébergement et d’autres frais annexes est en cours. Nous attendons des propositions de communication de 20 minutes, qui seront suivies de 10 à 20 minutes de discussion. Les communications prévues dans le panel des jeunes chercheurs dureront 10 minutes, suivies d’une discussion de 10 minutes.

Conviviality and Sociability in the Long Eighteenth Century: Restoration to Romanticism

(Essen, Germany, 3-5 March 2023)

 

As soon as I enter the door of a tavern, I experience an oblivion of care, and a freedom from solicitude: […] wine there exhilarates my spirits, and prompts me to free conversation and an interchange of discourse with those whom I most love: I dogmatise and am contradicted, and in this conflict of opinion and sentiments I find delight.

(Samuel Johnson, as quoted in Boswell’s Life of Johnson, 354)

Any attempt at revisiting Johnson’s time will immediately unlock models of sociability that dominated early modern and Enlightenment philosophies. Sociable spaces such as tea gardens, alehouses, inns, salons, pleasure gardens, operas, exhibitions, all furnished extraordinary opportunities for engagement, enjoyment and rational discussion. In stark contrast to the delights of conversing over drinks or supper in public, most of us will only have experienced purely virtual forms of sociability during the COVID-19 pandemic. Hence, we deem it quite apt to reassess normative notions of conviviality and sociability in the cordial setting of our conference.

Traditionally, our understanding of early modern sociability, and by extension, conviviality, has been underpinned by the Habermasian concept of the bourgeois public sphere. However, recent critical engagement with Habermas has justifiably postulated the existence of “non-bourgeois, plural, public spheres catering to people of varying social standing on very different occasions” (Duthille 2020, 2), built upon what Brian Cowan has termed the “practical public sphere” in explicit opposition to Habermas’s “ideal” one (Cowan 2001, 133). Interventions such as these challenge customary periodisations and frameworks, necessitating renewed critical analysis of all aspects of our understanding of sociability in general and conviviality in particular.

To broaden the scope of our discussions and to allow for diverse approaches, we bookend the eighteenth century beginning with the Restoration and ending with the Romantic period. During this time sociability was undergoing fundamental changes. From at least the 1650s onwards, conviviality was central to the expression of political allegiance: Herrick’s anti-Puritan poetry celebrates conviviality, love and drink, as do the song-books of the Interregnum period. In the early years of the Restoration, Margaret Cavendish provides her readership with a plethora of fictional letters containing gossip as well as social, political and philosophical commentary in the Sociable Letters (1664). The Royalist culture of toasting to the King was carried forward into the Age of Reason as a mostly homosocial practice in clubs such as the Whig Kit-Cat Club, the Tory October Club or the Beefsteak Club. Later, neoclassical ideals of refined sociability moulded civil societies in a way that was regarded as constraining by the Romantics.

The conference aims at bringing together a diverse range of approaches and methodologies addressing topics which may include, but are not restricted to:

Conviviality and/or sociability and

•       Literature

•       Sociable spaces (e.g. coffeehouses, tea gardens, tea rooms, alehouses, clubs, salons, learned societies, pleasure gardens, exhibitions)

•       Material cultures, fashion and taste

•       Textual simulations and evocations of conviviality and sociability in periodicals and magazines such as The Spectator and The Gentleman’s Magazine

•       Convivial practices (e.g. drinking and toasting)

•       Identities (cultural, English / Scottish, Irish, sexual, queer, etc.)

•       Sentiment and sociability

•       Dissipation (criminal conversation, perversions)

•       Intoxication

•       Gender and sexuality

•       Music (e.g. choirs, amateur music-making, dance)

•       The senses

•       Myths of sociability

•       Social and sociable networks

•       Performativity (the social calendar, wit, sprezzatura)

•       Cultures of conviviality in various age groups

•       Politics (radicalism, Whigs/Tories, Jacobitism, extra-parliamentary politics, dissidents)

•       The French Revolution

•       Metropolitan and provincial centres

•       Scholarly/scientific communities

•       Travel

•       Religion

•       Charity / philanthropy

•       Crime and violence

Selected contributions will be considered for inclusion in a volume of conference proceedings.

Conference languages: English, French

Convenors: Prof. Dr. Christoph Heyl; Dr. Rémy Duthille, MCF; Prof. Dr. Tristan Coignard; Anjali Rampersad, M.A.; Christian Feser, M.A.

Deadline: Please e-mail your proposal* (c. 250 words), contact information and a brief biographical note (c. 100 words) to the conference organisers (lapasec_essen@uni-due.de) by 10 June 2022. If you are an early career academic, please indicate whether you would like to present your paper in the ECR panel. For more information, see

https://www.uni-due.de/anglistik/english_literary_and_cultural_studies/lapasec.php

* With the submission of your proposal you consent that any data you submit will be saved by the organisers until the end of 2023 (or the publication of the conference proceedings should you submit a paper to be published). As part of our application for funding, your data will be shared with the Université franco-allemande/Deutsch-Französische Hochschule (UFA/DFH). Your e-mail address will be used for the limited purpose of informing you about updates and news relating to the conference and will not be passed on to any third parties, including UFA/DFH.

 

Appel à contributions, Revue en ligne Féeries n°20 – 2023

À la croisée des genres (II) : intergénéricité du merveilleux aux XVIe-XVIIIe siècles

 

Le conte, quelles que soient les périodes, se signale par une tendance marquée à l’hybridation générique, ou en tout cas à une forme de porosité qui peut être retenue comme une véritable constante. En 2015 déjà, la revue Féeries a consacré un numéro complet à cette question, en étudiant en particulier des textes de la période romantique ou postérieurs, jusqu’à la littérature symboliste ou fin de siècle. Mais l’enquête mérite assurément d’être menée également en amont : elle pourra notamment porter sur les contes facétieux de la Renaissance, dont l’intitulé résonne à soi seul comme une invitation au dialogue des genres narratifs – sous le signe de l’enjouement, du regard satirique ou de la circulation des savoirs. L’œuvre protéiforme des conteuses et conteurs du XVIIe siècle, si perméable à l’art de la conversation galante, multiplie les emprunts à des genres bien identifiés : la littérature pastorale est régulièrement convoquée sur le mode du pastiche, on s’inscrit dans l’air du temps en saluant un genre en plein essor comme l’opéra, on multiplie les clins d’œil à La Fontaine et à l’univers de la fable, à Virgile et à l’épopée, on emprunte tour à tour aux modèles pourtant si antagonistes de la poésie  encomiastique ou de la lyrique mondaine des salons. Tout au long du XVIIIe siècle, le conte s’ouvre, notamment avec l’apport de la veine orientale, à de nouveaux genres – dialogue, récit de voyages souvent extraordinaires et éventuellement souterrains ou interplanétaires, polémique politique ou philosophique – selon un régime langagier lui-même constamment ambigu et duel. Le merveilleux lui-même non seulement s’invite dans tous les genres du conte mais se voit également convoqué, comme catégorie esthétique ou mode de pensée, du théâtre au roman, dans des textes extrêmement divers.

Les communications pourront aborder cette question du dialogue des genres et du merveilleux selon des angles très variés : celui de la poétique, en questionnant par exemple l’influence ou la contamination réciproques de plusieurs modèles narratifs, les effets de citation ou d’allusion, les frontières entre le pastiche et la parodie ; celui des techniques d’écriture, en repérant les variations parfois subtiles des niveaux de style, les infléchissements de ton (systématiques ou plus localisés), la présence incongrue de détails stylistiques qui signalent, même fugitivement, la bascule d’un genre à l’autre ; celui du contexte socio-littéraire d’un genre au centre de tous les débats et polémiques, et qui utilise volontiers l’hybridation générique et l’allusion intertextuelle comme un signe de ralliement ou au contraire de défi. L’enquête pourra inclure un questionnement sur le rôle spécifique du lecteur et sa capacité à identifier les différentes strates superposées selon un mode tantôt ludique, tantôt sérieux : que nous dit le geste d’hybridation générique des attentes de l’auteur quant à son public, quant à la culture de l’un et de l’autre ? Quel type de connivence le dialogue des genres permet-il spécifiquement de construire ?

Le dialogue des genres et du merveilleux, qu’on l’appréhende selon un angle formel, esthétique ou idéologique, apparaît ainsi comme un poste d’observation particulièrement pertinent pour étudier, au-delà de l’évidente hétérogénéité qu’impose un empan chronologique aussi large, le développement du conte et la diversification du merveilleux à l’époque moderne.

 

Les propositions d’articles ainsi qu’une courte notice bio-bibliographique sont à envoyer à Stéphane Macé (stephane.mace@univ-grenoble-alpes.fr) et à Emmanuelle Sempère (sempere@unistra.fr) avant le 1er juillet 2022, les articles (30 000 signes environ) seront à rendre pour le 1er novembre 2022 afin de ménager le temps nécessaire aux travaux d’expertise, de relecture et d’harmonisation formelle des textes.

 

Appel à contributions : Revue internationale d'étude du dix-huitième siècle (RIEDS), 2023

La science du goût au XVIIIe siècle, sous la direction de Guilhem Armand (Université de La Réunion) et Emmanuelle Sempère (Université de Strasbourg) Responsables : Guilhem Armand et Emmanuelle Sempère

Mèl : guilhem.armand@univ-reunion.fr et sempere@unistra.fr .

Date d’échéance : 1er juin 2022 (rendu des articles 1er novembre 2022)

Argumentaire à télécharger ci-dessous.

Télécharger
Appel a? contributions - La Science du
Document Adobe Acrobat 306.6 KB

CFP 2022: FORMER, ÉDUQUER, INSTRUIRE EN FRANCE, DANS LES ÎLES BRITANNIQUES ET EN AMÉRIQUE AUX XVIIE ET XVIIIE SIÈCLES

Le 15 Mai 2022, Faculté Victor Segalen, Université de Bretagne Occidentale, Brest (France)

 

Former, éduquer, instruire en France, dans les îles britanniques et en Amérique aux XVIIe et XVIIIe siècles

 

Journées Doctorant.es et Jeunes Chercheur.euses 2022 de la SEAA17-18, en partenariat avec la Société d’étude du XVIIe siècle et la Société Française d’Étude du XVIIIe siècle (SFEDS)

 

Université de Bretagne Occidentale, Brest, les 23-24 septembre 2022

http://1718.fr/cfp-2022-former-eduquer-instruire-en-france-dans-les-iles-britanniques-et-en-amerique-aux-xviie-et-xviiie-siecles/

Appel à communications - Colloque "Les sociabilités levantines en Europe à l'époque de Casanova", 22-23 septembre 2022 / Université G. d'Annunzio (Chieti-Pescara)

Université “G. d’Annunzio” (Chieti-Pescara)

COLLOQUE INTERNATIONAL

Les sociabilités levantines en Europe à l’époque de Giacomo Casanova: espions, imposteurs, courtisans et hommes de culture

Organisé dans le cadre du projet européen DIGITENS et en partenariat avec le GIS SOCIABILITÉS/SOCIABILITY

22-23 septembre 2022

APPEL A TÉLÉCHARGER CI-DESSOUS

Les propositions devront contenir :

- le titre

- un résumé de 500 caractères maximum (espaces compris).

- une courte biobibliographie

- Pour les propositions de panels, veuillez également inclure un titre et un résumé de 500 caractères ainsi qu’une courte biobibliographie pour chaque intervenant et les coordonnées d’un intervenant du panel.

Veuillez envoyer vos propositions à : convegno.casanova@unich.it

Date limite de soumission des propositions : 15 mars 2022

Date du colloque : 22-23 septembre 2022

Lieu : Université “G. d’Annunzio” - Viale Pindaro, 42 - 65127 - PESCARA Ex Aurum Pescara http://aurum.comune.pescara.it/

 

Télécharger
Appel a? contributions - Colloque Casan
Document Adobe Acrobat 424.7 KB